COVID diagnostic diagram

Le diagnostic biologique du COVID 19 repose d'une part sur la PCR (Polymerase Chain Reaction) à partir d'un prélèvement nasopharyngé mais également sur le dosage des anticorps spécifiques au SarsCov 2. Cet article paru dans le JAMA fait le point sur ces deux techniques en fonction de la période de la maladie (phase initiale, phase symptomatique, phase de convalescence). Il permet de mieux comprendre l'intérêt et les limites de ces tests.

  1. La PCR est une technique qui permet de détecter l'ARN viral après amplification du génome. La PCR est en général positive dès le premier jour de la maladie (J1 des symptômes) et a un pic maximal au cours de la première semaine qui suit l'apparition des symptômes avant de se négativer vers la 3ème semaine. Chez certains patients les plus graves, la PCR peut rester positive au delà de la 3ème semaine. Plus le nombre de cycles d'amplification génomique est bas plus la charge virale est élevée.
  2. La sérologie est une technique qui permet de détecter les anticorps spécifiques de la maladie, produits par le patient. Par définition cette technique ne permet pas un diagnostic initial précoce puisque ces anticorps deviennent détectables seulement à partir de la deuxième semaine de la maladie. Mais elle permet de savoir si un patient a été en contact avec le virus et s'il a développé une immunité contre lui. Les IgM disparaissent au bout de 5 à 6 semaines alors que les IgG restent détectables plus longtemps (on ne sait pas combien de temps les IgG du COVID peuvent rester positifs) .


Article du JAMA sur la PCR et la sérologie du COVID 219: JAMA PCR & serology COVID 19